Accueil > Le Mag > Innovation > « Label RT 2012 -10 % » : de quoi s’agit-il ?
Accueil > Le Mag > Innovation > « Label RT 2012 -...
Retour
INNOVATION

« Label RT 2012 -10 % » : de quoi s’agit-il ?

La réglementation thermique 2012 représente le nouveau socle réglementaire applicable à toute nouvelle construction.

La réglementation thermique 2012 représente le nouveau socle réglementaire applicable à toute nouvelle construction. Mais rien ne vous empêche d’avoir une visée plus ambitieuse pour votre future maison individuelle ! Le label « RT 2012 -10% » augmente de façon significative la performance énergétique du logement.

RT 2012 -10 % : un label pour faire mieux que la norme !

« RT 2012 -10 % » est un nouveau label mis en place l’organisme Effinergie. Son principe ? Récompenser les bâtiments dont la performance énergétique atteint un niveau supérieur à celui fixé par la norme actuelle qu’est la réglementation thermique 2012. Comme son nom l’indique, le label est décerné aux bâtiments résidentiels ou commerciaux qui affichent une consommation d’énergie inférieure d’au moins 10 % aux seuils légaux.

L’obtention d’un label « RT 2012 -10 % » représente un sérieux avantage pour votre future résidence principale. Il s’agit tout d’abord d’un argument majeur quant à la qualité de la construction, qui entraîne une bonification de la valeur du bien immobilier à la revente. Avant même d’envisager votre départ, toutefois, vous profiterez aussi et surtout de factures de gaz ou d’électricité réduites à leur minimum grâce à l’application de techniques de construction spécifiques (suppression des ponts thermiques, isolation intérieure des murs, double ou triple vitrage…).

Quelles sont les caractéristiques du label ?

Le label Effinergie « RT 2012 -10 % » contient de nombreux points d’amélioration techniques par rapport à la RT 2012. Il faut toutefois retenir, pour l’essentiel, que l’obligation de résultat du constructeur est revue à la hausse sur deux aspects :

La consommation d’énergie primaire maximale du bâtiment, ou Cep max, est réduite de 10 % par rapport à la Cep max défini par la RT 2012. Elle s’élève donc à seulement 45 kWhEP/m2.an, contre 50 kWhEP/m2.an en ce qui concerne la RT 2012. Attention : rappelons qu’il s’agit d’une moyenne nationale et qu’un coefficient est ensuite appliqué en fonction de votre région géographique, pour tenir compte des différences de climat ;
Le coefficient de besoin bioclimatique, ou Bbio, doit lui aussi afficher une valeur inférieure de 10 % par rapport au minimum requis pour un bâtiment RT 2012. Cet indicateur représente l’efficacité énergétique du bâtiment, et se base sur ses besoins prévisibles en chauffage, en climatisation et en éclairage. Une maison RT 2012 -10 % diminue son coefficient Bbio avec une architecture adaptée et qui évite les déperditions d’énergie.

Focus sur Effinergie

Effinergie a été fondée en 2006 et a pour but d’encourager la construction de bâtiments à haute performance énergétique, en décernant des labels qualité tels que le « Effinergie+ ». Les labels Effinergie anticipent les futures évolutions de la réglementation thermique (notamment la RT 2020) et augmentent ainsi la valeur d’un bien immobilier.

Comment faire construire une maison RT 2012 -10 % ?

L’obtention du label RT 2012 -10 % est une démarche que les propriétaires intéressés doivent envisager avant même le début du chantier ou la réservation ! Tous les constructeurs ne sont en effet pas en mesure de fournir une performance thermique de ce niveau, et beaucoup se contentent du seuil réglementaire minimal pour réaliser des économies sur les matériaux et le coût de la construction.

Un constructeur de maisons individuelles comme Maisons Pierre vous garantit la livraison d’un bien neuf et conforme au label RT 2012 -10 %, à un tarif compétitif. Une simple prise de contact vous permettra d’obtenir une brochure explicative et d’accéder à un vaste catalogue de maisons personnalisables.

Comment obtenir le label ?

Dès l’ouverture du chantier, le constructeur a la responsabilité d’envoyer une demande d’attribution du label à CEQUAMI, l’organisme certificateur des labels Effinergie. Le dossier doit notamment contenir une étude thermique préalable ainsi qu’un planning prévisionnel de la construction.

CEQUAMI procède ensuite à un examen initial du dossier et le valide – ou non – sur la base des documents qui lui sont présentés. Une vérification est ensuite effectuée sur le chantier pour environ 25 % des dossiers.

Le label RT 2012 -10 % apporte la preuve tangible de la qualité de construction de votre maison et de son haut niveau de performance énergétique. Un choix à considérer pour votre qualité de vie au quotidien !

Retour

Ces articles peuvent vous intéresser

Créer et personnaliser sa maison neuve grâce à des accessoires innovants
Créer et personnaliser sa maison neuve avec des accessoires innovants : étape clé du projet de construction
Faire des économies d’énergie grâce à la maison connectée
Faites des économies d’énergie avec la maison connectée Maisons Pierre
Produire son électricité grâce aux panneaux solaires
Produisez et stockez votre propre électricité grâce aux panneaux solaires
Voir plus d’ articles
5 conseils pour bien choisir son terrain
5 solutions pour dépolluer sa maison
Comment Maisons Pierre gère votre projet d...
La qualité de l’accompagnement pour ...
Le conducteur de travaux, garant du bon su...
Voir plus d’ articles
Quotes icon

Je ne pensais pas pouvoir faire construire ma maison

Découvrez le témoignage de Nadine qui n'imaginait pas avoir la possibilité de faire construire sa propre maison. Un rêve inaccessible ? Pas tant que ça...

Construction Exterieur Financement Innovation Interieur Se preparer

Vous aussi vous avez un projet de construction ?

Nos conseillers restent disponibles pour vous accompagner par téléphone ou email.

Demande d'information
Accueil > Le Mag > Se preparer > Quel type de maison choisir ?
Accueil > Le Mag > Se preparer > Quel type de mais...
Retour
SE PREPARER

Quel type de maison choisir ?

La construction d’une maison individuelle vous permet d’habiter un logement qui ne ressemble qu’à vous !

La construction d’une maison individuelle vous permet d’habiter un logement qui ne ressemble qu’à vous ! Mais justement, quel type de bien vous conviendra le mieux ? Du style architectural au choix des matériaux, ce dossier vous apportera de précieux éléments de réponse pour vous faire une meilleure idée des options qui s’offrent à vous.

Quel modèle de maison choisir ?

Une maison est l’investissement d’une vie : difficile parfois, dans ces conditions, de faire son choix au sein de l’immense catalogue des modèles proposés par le constructeur ! Voici quelques conseils pour vous fixer sur le logement idéal.

Les atouts de la maison sur plan

A moins de rêver d’une maison radicalement atypique, le choix d’un modèle d’habitation sur plan est généralement la solution à privilégier par rapport à une construction 100% sur-mesure réalisée par un architecte. Une construction sur plan représente en effet un gain considérable de temps et d’argent : en accordant votre confiance à une architecture « standardisée » qui assure déjà le bonheur de dizaines de propriétaires, vous réduisez de façon significative les risques d’incidents au cours du chantier. La construction, par ailleurs, se déroule bien plus vite que dans le cas d’une maison entièrement originale, et revient moins cher grâce aux économies d’échelle réalisées par le professionnel.

Une maison disponible sur catalogue n’est pas synonyme d’une uniformisation à outrance ou d’un choix appauvri. Un constructeur spécialisé comme Maisons Pierre dispose ainsi de quatre grandes gammes allant du plus traditionnel au plus moderne, qui se subdivisent elles-mêmes en 25 modèles et près de 80 versions. Chaque modèle, de fait, est susceptible d’accueillir un grand nombre d’éléments de personnalisation concernant l’agencement des pièces, le revêtement des façades extérieures ou encore l’aménagement des combles. La liberté de choix, au final, se rapproche fortement de celle du sur-mesure, sans les inconvénients associés.

Déterminer un budget

La surface habitable souhaitée n’est pas le seul critère qui rentre en ligne de compte pour déterminer le prix final de votre projet, loin de là ! Pour un espace équivalent, une maison en plain-pied vous reviendra par exemple plus cher qu’une maison à étage dans la mesure où son emprise plus étendue au sol se traduira par un surcoût concernant le terrassement et les fondations. Selon le matériau de construction choisi, par ailleurs, le prix final de la maison peut varier du simple au double, voire davantage.

A vous donc de déterminer le meilleur rapport qualité/prix : êtes-vous prêt à un sacrifice financier supplémentaire pour un logement design à toit plat, ou préférez-vous utiliser cette somme pour gagner en espace intérieur ? De moins de 100 000 € à plus de 200 000 €, les constructeurs disposent généralement d’un catalogue suffisamment fourni pour s’adapter à l’ensemble des préférences de leurs clients.

Avec ou sans garage ?

L’ajout d’un garage intégré ou accolé à la maison apporte de multiples avantages, comme un vieillissement moins rapide de votre véhicule personnel et une meilleure protection contre les actes de malveillance.

Selon qu’il est habitable ou non, mitoyen à la maison (avec accès intérieur) ou séparé, le garage ne fera pas l’objet du même traitement sur le plan de la fiscalité (taxe foncière) et de l’assurance habitation. Veillez à prendre en compte ces différents critères avant de faire votre choix.

Définir le nombre de pièces et de chambres

Combien de temps souhaitez-vous rester dans votre future maison ? Si vous l’envisagez comme le logement du reste de votre vie, il importe de vous montrer prévoyant et d’anticiper d’éventuels changements qui pourraient vous impacter dans un avenir proche ou lointain. Nouvel enfant, hébergement d’un parent, acquisition d’un animal de compagnie, création d’un bureau ou d’un atelier pour exercer une activité professionnelle à domicile… Dans tous les cas, il peut s’avérer judicieux de prévoir au moins une pièce supplémentaire par rapport à vos besoins tels qu’ils existent au moment de la signature du contrat de réservation.

Avec des modèles proposant de deux à huit pièces, dont une à six chambres à coucher, un constructeur comme Maisons Pierre dispose d’une gamme suffisante pour vous permettre d’anticiper l’avenir avec une toute sérénité. Le choix d’un bien sur catalogue, et non pas sur mesure, peut libérer une marge de manœuvre financière suffisante pour vous payer cette fameuse pièce supplémentaire, qui vous permettra ensuite de parer à tous les imprévus dont la vie a le secret !

Choisir la bonne maison sur catalogue suppose d’avoir bien étudié et compris vos propres besoins, à la fois pour le présent et pour l’avenir. Ne vous laissez pas séduire par l’esthétique d’une maison si cette dernière, sur un plan pratique, n’est pas la plus idéale pour vous.

Retour

Ces articles peuvent vous intéresser

Comment Maisons Pierre gère votre projet de maison neuve ?
L’accompagnement client de Maisons Pierre dans la construction de votre maison neuve
La qualité de l’accompagnement pour votre achat de logement neuf
Comment Maisons Pierre vous accompagne dans l’achat d’un logement neuf ?
Se lancer dans un projet de construction de maison individuelle
Pourquoi faire confiance à Maisons Pierre pour sa construction de maison ?
Voir plus d’ articles
5 conseils pour bien choisir son terrain
5 solutions pour dépolluer sa maison
Comment Maisons Pierre gère votre projet d...
La qualité de l’accompagnement pour ...
Le conducteur de travaux, garant du bon su...
Voir plus d’ articles
Quotes icon

Je ne pensais pas pouvoir faire construire ma maison

Découvrez le témoignage de Nadine qui n'imaginait pas avoir la possibilité de faire construire sa propre maison. Un rêve inaccessible ? Pas tant que ça...

Construction Exterieur Financement Innovation Interieur Se preparer

Vous aussi vous avez un projet de construction ?

Nos conseillers restent disponibles pour vous accompagner par téléphone ou email.

Demande d'information
Accueil > Le Mag > Construction > RT 2012 et extension de bâtiment : quelles sont les règles ?
Accueil > Le Mag > Construction > RT 2012 et extens...
Retour
CONSTRUCTION

RT 2012 et extension de bâtiment : quelles sont les règles ?

Les normes fixées par la réglementation thermique 2012 s’appliquent automatiquement aux bâtiments neufs dont le permis de construire a été délivré après le 1er janvier 2013.

Les normes fixées par la réglementation thermique 2012 s’appliquent automatiquement aux bâtiments neufs dont le permis de construire a été délivré après le 1er janvier 2013. Mais qu’en est-il des extensions et autres surélévations de bâtiment ? Voici un résumé des règles en la matière !

Qu’est-ce qu’une « extension » de bâtiment au sens de la RT 2012 ?

Avant de détailler les exigences de la RT 2012, il est nécessaire de déterminer ce qui constitue une extension de bâtiment ou pas ! Certains chantiers ne seront en effet pas considérés comme une « partie nouvelle de bâtiment existant », et n’auront donc pas à se conformer aux obligations de résultat fixées par la norme. Il s’agit entre autres :

De l’aménagement des combles en une nouvelle pièce habitable, dès lors que cette modification entraîne une surélévation du faîtage de la toiture inférieure à 1,80 mètre ;
De la transformation d’une surface existante en espace habitable (par exemple un ancien garage transformé en bureau). Une construction ex nihilo, à l’inverse, constitue une extension ;
De la création d’un nouvel étage (ajout d’un plancher) au sein d’une habitation existante, sans modification de son enveloppe ou de sa hauteur totale. La superposition d’un nouvel étage, à l’inverse, constitue une extension ;
La fermeture d’un espace de l’habitation préalablement à l’air libre (coursive ou loggia, préau…).

Une extension de bâtiment est-elle soumise à la RT 2012 ?

Même si elle remplit l’un des critères ci-dessus, une extension de bâtiment n’est pas systématiquement soumise à la réglementation thermique 2012. Pour y échapper, deux conditions cumulatives doivent être remplies :

La surélévation ou l’extension doivent entraîner une augmentation de la Surface Hors Œuvre Nette (SHON) inférieure ou égale à 150 m² ;
La surélévation ou l’extension doivent par ailleurs représenter un gain en surface inférieur ou égal à 30 % de la SHON existante.

Ces dispositions, autrement dit, fixent une limite à l’envergure du chantier non seulement en valeur absolue (moins de 150 m²), mais aussi en valeur relative et en considération du bâti existant. L’idée est que le chantier, pour ne pas être soumis à la RT 2012, doit améliorer le bâtiment sans pour autant en changer complètement la nature et la destination.

Lorsque les deux conditions sont réunies, la RT 2012 s’efface au profit d’une RT 2012 simplifiée dite « élément par élément ». Concrètement, la RT élément par élément fixe une performance minimale au cas par cas pour chaque élément que vous allez installer ou remplacer, exprimée le plus souvent par sa résistance thermique ou « R ». Elle est donc moins contraignante que la RT 2012 qui a une vision plus globale et fixe des obligations de résultat.

Quel cadre juridique ?

Les obligations en matière de réglementation thermique et d’extension de bâtiment sont fixées par l’article 52 d’un arrêté en date du 26 octobre 2010. C’est notamment ce texte qui fixe la limite de 150 m² et 30 % de la SHON préexistante.

Étanchéité à l’air, énergie renouvelable : des règles adaptées

La RT 2012 fixe le principe d’un test d’étanchéité à l’air pour déterminer la performance thermique d’un nouveau bâtiment. Dans le cas d’une extension, cette obligation ne subsiste que si la nouvelle surface habitable communique avec le reste du bâtiment par une ouverture (porte, porte-fenêtre…) d’une dimension inférieure à 110 x 220 centimètres. Si l’extension est dotée d’autres ouvertures, le test reste obligatoire si ces dernières sont dotées de battants qui couvrent au minimum 95 % de leur surface.

Les extensions très largement ouvertes sur le bâti préexistant, autrement dit, ne sont pas soumises aux normes d’étanchéité à l’air de la RT 2012.

Rappelons enfin que la RT 2012 fixe aussi l’obligation de recourir à une énergie renouvelable pour la consommation énergétique du bâtiment (solaire thermique ou photovoltaïque, pompe à chaleur, chaudière bois…) au moins à titre d’appoint. Dans le cas d’une extension, cette obligation ne subsiste que si le nouvel espace habitable intègre une pièce d’eau (salle de bains).

La réglementation thermique applicable aux extensions de bâtiment est conçue pour ne pas alourdir les plus petits chantiers avec des normes excessives ou inadaptées. Un bon point pour rajouter quelques mètres carrés en toute simplicité à votre logement !

Retour

Ces articles peuvent vous intéresser

Le conducteur de travaux, garant du bon suivi de la construction
Pourquoi faire appel à un conducteur de travaux pour le suivi de votre construction ?
Les compétences de Maisons Pierre dans un projet de construction
Comment Maisons Pierre conçoit chaque projet de construction ? Ecoute, choix, conseil
L’ensemble des phases du gros oeuvre
Le début du chantier est consacré aux travaux de gros œuvre : la mise hors d’air et hors d’eau de votre future maison passe par de nombreuses phases fondamentales
Voir plus d’ articles
5 conseils pour bien choisir son terrain
5 solutions pour dépolluer sa maison
Comment Maisons Pierre gère votre projet d...
La qualité de l’accompagnement pour ...
Le conducteur de travaux, garant du bon su...
Voir plus d’ articles
Quotes icon

Je ne pensais pas pouvoir faire construire ma maison

Découvrez le témoignage de Nadine qui n'imaginait pas avoir la possibilité de faire construire sa propre maison. Un rêve inaccessible ? Pas tant que ça...

Construction Exterieur Financement Innovation Interieur Se preparer

Vous aussi vous avez un projet de construction ?

Nos conseillers restent disponibles pour vous accompagner par téléphone ou email.

Demande d'information
Accueil > Le Mag > Financement > Devenir propriétaire sans apport : une option à nouveau ouverte !
Accueil > Le Mag > Financement > Devenir propriéta...
Retour
FINANCEMENT

Devenir propriétaire sans apport : une option à nouveau ouverte !

La constitution de l’apport personnel est traditionnellement présentée comme la première étape indispensable à un projet d’acquisition dans l’immobilier.

La constitution de l’apport personnel est traditionnellement présentée comme la première étape indispensable à un projet d’acquisition dans l’immobilier. S’il est certes préférable de mettre un peu d’argent personnel dans le projet, ce n’est cependant plus toujours une obligation aujourd’hui.

Emprunter sans apport ? Pas optimal, mais possible !

Obtenir un prêt immobilier sans aucun apport personnel ? Suite à la crise économique de 2008 et au scandale dit des “subprimes” outre-Atlantique, cette pratique autrefois très répandue avait connu un coup d’arrêt radical pendant de nombreuses années. Elle revient aujourd’hui en force au sein des banques françaises, à la faveur d’une disponibilité plus large du crédit et d’une politique monétaire accommodante de la banque centrale européenne.

Concrètement, cela signifie qu’un ménage disposant d’un bon dossier peut emprunter la totalité de la somme nécessaire à la réalisation de son projet, y compris certains frais annexes comme les frais de notaire. Dans d’autres cas, les banques ou les constructeurs de maisons individuelles continuent à exiger un apport, mais d’un montant très faible. Une acquisition chez un constructeur réputé comme Maisons Pierre n’exige ainsi qu’un apport minimum de 3 000 € ! Soit un montant d’épargne à la portée de la plupart des ménages qui s’en donnent les moyens.

Quelles contreparties à un prêt sans apport ?

En vous accordant un prêt sans apport personnel de votre part, une banque prend logiquement un risque plus important. Ce risque se traduit en règle générale par un taux d’intérêt un peu plus élevé que si vous aviez amené au projet votre épargne personnelle ou encore une aide financière de votre famille. Le sacrifice financier sera donc moins important au moment de l’achat, mais le projet vous coûtera plus cher au final en raison des intérêts supplémentaires à payer.

Pour obtenir un apport personnel, il vous faudra par ailleurs montrer patte blanche concernant votre dossier et veiller à rassembler l’ensemble des pièces justificatives nécessaires en temps et en heure. Les banques ont tendance en effet à se montrer légèrement plus exigeantes envers les emprunteurs qui n’ont pas démontré leur capacité d’épargne au moyen d’un apport.

Bon à savoir

Pour un profil équivalent et un même montant d’emprunt, le crédit immobilier accordé à un emprunteur sans apport affichera généralement un taux d’intérêt supérieur de 0,40 à 0,60%. Soit une augmentation non négligeable du coût du crédit, surtout si vous optez pour un remboursement étalé sur 20 ou 25 ans.

Quelques astuces pour devenir propriétaire sans apport

Vous avez découvert le bien immobilier idéal pour votre projet mais n’avez pas eu le temps de vous constituer un apport ? Le recours à un courtier en crédit immobilier doit être la première mesure à envisager ! Ce professionnel se chargera de contacter à votre place un grand nombre d’établissements bancaires, et de les mettre en concurrence pour vous obtenir les meilleures conditions d’emprunt. Le courtier, par ailleurs, doit être rémunéré si et uniquement si vous acceptez l’une des solutions qu’il vous propose !

Gardez également à l’esprit que les différents établissements prêteurs n’ont pas tous la même politique en matière de clients sans apport. Les grandes banques de réseau sont souvent les moins disposées à suivre ce type de projet. À l’opposé, des établissements de crédit spécialisés comme le Crédit Foncier, Cetelem Immobilier ou encore le Crédit Immobilier de France ont davantage l’habitude de traiter avec des emprunteurs modestes avec ou sans apport. Pourquoi ne pas tenter votre chance ?

Pas d’apport ? Profitez des prêts aidés !

Le recours au prêt à taux zéro ou encore au prêt à l’accession sociale (PAS) est une alternative intéressante si vous ne disposez pas d’un apport personnel. Ces prêts aidés, en pratique, permettent de bénéficier d’une enveloppe d’argent supplémentaire pour votre projet, à un taux d’intérêt nul ou très faible.

Le prêt sans apport effectue un retour en grâce auprès des banques. N’hésitez pas à en profiter pour réaliser votre projet immobilier sans tarder !

Retour

Ces articles peuvent vous intéresser

Assurance emprunteur : à quoi sert-elle et comment la renégocier ?
Indispensable, l’assurance emprunteur permet de couvrir les risques de remboursement en cas de décès...
Loi Pinel : un dispositif de défiscalisation performant
Il est possible de faire construire pour soi-même, mais aussi pour réaliser un investissement locatif.
Les nouvelles caractéristiques du prêt à taux zéro depuis 2016
Le prêt à taux zéro, depuis sa création, a déjà permis à de nombreux acquéreurs de viabiliser leur projet d'accession à la propriété dans le neuf.
Voir plus d’ articles
5 conseils pour bien choisir son terrain
5 solutions pour dépolluer sa maison
Comment Maisons Pierre gère votre projet d...
La qualité de l’accompagnement pour ...
Le conducteur de travaux, garant du bon su...
Voir plus d’ articles
Quotes icon

Je ne pensais pas pouvoir faire construire ma maison

Découvrez le témoignage de Nadine qui n'imaginait pas avoir la possibilité de faire construire sa propre maison. Un rêve inaccessible ? Pas tant que ça...

Construction Exterieur Financement Innovation Interieur Se preparer

Vous aussi vous avez un projet de construction ?

Nos conseillers restent disponibles pour vous accompagner par téléphone ou email.

Demande d'information
Accueil > Le Mag > Construction > RT 2012 et isolation thermique : les chantiers prioritaires à envisager
Accueil > Le Mag > Construction > RT 2012 et isolat...
Retour
CONSTRUCTION

RT 2012 et isolation thermique : les chantiers prioritaires à envisager

En acquérant une maison neuve conforme à la réglementation thermique 2012, vous optimisez la performance thermique de votre logement.

En acquérant une maison neuve conforme à la réglementation thermique 2012, vous optimisez la performance thermique de votre logement et réaliserez à long terme de précieuses économies. Quels sont les points de vigilance et les chantiers à considérer en priorité pour ce type de bâtiment ?

L’isolation des combles : un régulateur thermique naturel

Les combles d’une habitation ont la particularité d’être en contact avec l’extérieur à 360°, et sont donc plus vulnérables aux déperditions de chaleur. L’air chaud, de plus, a tendance à vouloir s’échapper par le haut, ce qui oblige à prévoir un très bon niveau d’isolation des combles sur un chantier conforme RT 2012.

Un bon niveau d’isolation thermique au niveau des combles constitue à la fois une garantie pour mieux conserver la chaleur en hiver et, à l’inverse pour limiter l’augmentation de la température en été : la couverture isolante bloque en effet l’entrée de l’air chaud par effet d’étanchéité, et évite ainsi que la température ambiante de votre logement soit portée à un niveau insupportable. Rappelons que la RT 2012 fixe non seulement une consommation maximale d’énergie primaire, mais aussi une température cible maximale de 26°c en été.

Quelques chiffres-clés

Environ 30 % des déperditions de chaleur ont lieu par les combles ;
Des infiltrations d’air peuvent gonfler votre facture de chauffage de plus de 50 % ;
En matière d’étanchéité à l’air, la RT 2012 admet une perméabilité maximale de 0,6 m3 par heure et par unité de surface habitable.

L’isolation des murs extérieurs

Il s’avère également nécessaire, la plupart du temps, de doter l’ensemble des murs et façades d’une bonne couche isolante afin d’améliorer la régulation de la température intérieure. Ce chantier permet de minimiser les pertes de chaleur, qui peuvent sinon surenchérir de 20 à 30 % votre facture de chauffage.

La résistance thermique des murs donnant sur l’extérieur est donc à surveiller de près ! L’association Effinergie recommande un seuil minimal compris entre 3,2 m².°C/W pour les régions les plus chaudes du pays, et jusqu’à 5,5 m².°C/W pour une maison individuelle située plus au nord. Dans le cas typique d’un mur en béton ou parpaing, cela signifie le rajout d’un isolant standard d’une épaisseur comprise entre 5 et 15 centimètres.

La plupart des constructeurs privilégieront une isolation des murs par l’extérieur : cette technique présente en effet le double avantage d’être plus efficace et de ne pas rogner sur l’espace habitable.

L’élimination des ponts thermiques

L’isolation des murs, des combles ou encore des plafonds de l’habitation ne constitue que la première étape d’un chantier d’amélioration de la performance thermique. Même bien réalisés, les travaux peuvent laisser apparaître des défauts localisés de la couche isolante, qui favorisent des ruptures d’étanchéité et des petites fuites de chaleur à l’extérieur.

L’élimination de ces « ponts thermiques » constitue l’une des priorités de la réglementation thermique 2012, laquelle fixe notamment des limites à ne pas dépasser à la jonction entre plancher et murs extérieurs, ou encore au niveau du cadre des menuiseries extérieures : à quoi bon disposer en effet d’une fenêtre dernier cri et triple vitrage si cette dernière est mal posée et laisse passer l’air au niveau de son encadrement ?

Quel type d’isolant privilégier pour un bâtiment conforme RT 2012 ?

En matière d’isolant thermique, la RT 2012 ne fixe qu’une obligation de résultat en termes de consommation d’énergie primaire et de besoin bioclimatique du bâtiment. Chaque maître d’ouvrage est donc libre d’opter pour l’isolant de son choix en fonction de son coût, de sa densité et de sa performance propre.

Outre les choix les plus classiques comme les isolants minéraux ou synthétiques, la réglementation thermique n’interdit évidemment pas de vous tourner vers des matériaux de construction réputés pour leurs qualités isolantes, comme les briques en terre cuite et le béton cellulaire.

Un constructeur de maisons individuelles comme Maisons Pierre vous permet de bénéficier des meilleures techniques d’isolation pour obtenir une performance thermique bien supérieure aux exigences de la RT 2012.

Retour

Ces articles peuvent vous intéresser

Le conducteur de travaux, garant du bon suivi de la construction
Pourquoi faire appel à un conducteur de travaux pour le suivi de votre construction ?
Les compétences de Maisons Pierre dans un projet de construction
Comment Maisons Pierre conçoit chaque projet de construction ? Ecoute, choix, conseil
L’ensemble des phases du gros oeuvre
Le début du chantier est consacré aux travaux de gros œuvre : la mise hors d’air et hors d’eau de votre future maison passe par de nombreuses phases fondamentales
Voir plus d’ articles
5 conseils pour bien choisir son terrain
5 solutions pour dépolluer sa maison
Comment Maisons Pierre gère votre projet d...
La qualité de l’accompagnement pour ...
Le conducteur de travaux, garant du bon su...
Voir plus d’ articles
Quotes icon

Je ne pensais pas pouvoir faire construire ma maison

Découvrez le témoignage de Nadine qui n'imaginait pas avoir la possibilité de faire construire sa propre maison. Un rêve inaccessible ? Pas tant que ça...

Construction Exterieur Financement Innovation Interieur Se preparer

Vous aussi vous avez un projet de construction ?

Nos conseillers restent disponibles pour vous accompagner par téléphone ou email.

Demande d'information
Accueil > Le Mag > Innovation > 5 points-clés pour tout comprendre sur la RT 2012
Accueil > Le Mag > Innovation > 5 points-clés pou...
Retour
INNOVATION

5 points-clés pour tout comprendre sur la RT 2012

La réglementation thermique 2012 est une norme d’application obligatoire pour tous les bâtiments neufs depuis le 1er janvier 2013…

La réglementation thermique 2012 est une norme d’application obligatoire pour tous les bâtiments neufs depuis le 1er janvier 2013, et vise à augmenter leur performance énergétique. Ci-dessous les cinq points-clés qui vous aideront à mieux cerner l’esprit de la RT 2012 !

1 – Une réduction de la consommation d’énergie primaire

À l’opposé des réglementations thermiques précédentes, qui se contentaient d’imposer une obligation de moyens quant aux techniques de construction et aux matériaux utilisés (épaisseur d’isolant, type de chaudière…), la RT 2012 fixe une obligation de résultat et exige que les nouveaux bâtiments ne dépassent pas un certain niveau de consommation d’énergie primaire.

La consommation d’énergie primaire exprime la quantité totale d’énergie consommée dans un bâtiment par an et par m² : le seuil de la RT 2012 est fixé à 50 kWh/m²/an, avec des variations tolérées selon les régions françaises. Ce chiffre inclut les cinq principaux postes de consommation d’un foyer, à savoir :

Le chauffage ;
La climatisation ou le rafraîchissement ;
La production d’eau chaude ;
L’éclairage ;
Les équipements auxiliaires (ventilation mécanique contrôlée, pompe à chaleur…).

2 – Tic et Bbio : deux nouveaux paramètres à prendre en compte

À la consommation d’énergie primaire, la RT 2012 ajoute deux autres valeurs désormais fondamentales pour les constructeurs de maisons individuelles :

Le besoin bioclimatique conventionnel, ou Bbio, désigne spécifiquement le caractère plus ou moins énergivore d’un bâtiment en ce qui concerne son chauffage, son éclairage et sa climatisation. L’amélioration du Bbio suppose de faire preuve de bon sens dans le mode de construction : exposition plein sud de la pièce à vivre, architecture compacte, puits de lumière…
La température intérieure conventionnelle, ou Tic, fixe une température de confort à ne pas dépasser en cas de pic de chaleur. Le respect de ce seuil est la meilleure garantie pour réaliser des économies en matière de climatisation.

3 – Tous les bâtiments neufs sont concernés… mais pas que !

Les normes de la RT 2012 s’appliquent automatiquement à tout bâtiment neuf dont la date de construction est postérieure au 1er janvier 2013. Elles concernent aussi bien les maisons individuelles et autres bâtiments résidentiels que les bâtiments commerciaux et du tertiaire.

Les logements anciens, toutefois, peuvent aussi être concernés lorsqu’ils font l’objet d’une rénovation de grande envergure. L’ajout d’une extension à un bâtiment existant, notamment, soumet ce dernier à la RT 2012 si l’augmentation de surface est supérieure à 150 m² ou à 30 % de la surface précédente du bâtiment.

4 – De nouvelles normes de construction

Pour parvenir aux résultats ambitieux qu’elle se fixe, la RT 2012 impose également un certain nombre de nouvelles normes aux professionnels de la construction. C’est ainsi qu’elle pose notamment l’obligation de recourir aux énergies renouvelables, au minimum à titre de chauffage d’appoint (pompe à chaleur, énergie photovoltaïque…), ou encore au double vitrage. Les fenêtres de certaines pièces comme la chambre à coucher doivent par ailleurs être équipées d’un occultant comme des stores ou des volets, afin d’augmenter le confort en été.

Les maisons RT 2012 sont dotées d’un système de régulation de la température intérieure (thermostat), couplé à un dispositif permettant de mesurer la consommation de gaz ou d’électricité. Les copropriétés, quant à elles, doivent prévoir par exemple une minuterie pour l’éclairage des parties communes.

5 – De nouvelles obligations pour le maître d’ouvrage

Afin de vérifier que votre future maison individuelle correspond bien aux diverses normes fixées par la RT 2012, il est désormais obligatoire de réaliser une étude thermique du projet sur plan, avant même le dépôt de la demande de permis de construire en mairie.

Cette première formalité est complétée, à la fin du chantier, par un contrôle thermique donnant lieu à la remise d’un certificat par un organisme habilité. Cette visite de contrôle implique entre autres une vérification du niveau d’étanchéité à l’air.

La RT 2012 révolutionne le monde de la construction avec une large gamme de normes et de bonnes pratiques. Au-delà des contraintes, les propriétaires y gagnent en confort et en économies d’énergie !

Retour

Ces articles peuvent vous intéresser

Créer et personnaliser sa maison neuve grâce à des accessoires innovants
Créer et personnaliser sa maison neuve avec des accessoires innovants : étape clé du projet de construction
Faire des économies d’énergie grâce à la maison connectée
Faites des économies d’énergie avec la maison connectée Maisons Pierre
Produire son électricité grâce aux panneaux solaires
Produisez et stockez votre propre électricité grâce aux panneaux solaires
Voir plus d’ articles
5 conseils pour bien choisir son terrain
5 solutions pour dépolluer sa maison
Comment Maisons Pierre gère votre projet d...
La qualité de l’accompagnement pour ...
Le conducteur de travaux, garant du bon su...
Voir plus d’ articles
Quotes icon

Je ne pensais pas pouvoir faire construire ma maison

Découvrez le témoignage de Nadine qui n'imaginait pas avoir la possibilité de faire construire sa propre maison. Un rêve inaccessible ? Pas tant que ça...

Construction Exterieur Financement Innovation Interieur Se preparer

Vous aussi vous avez un projet de construction ?

Nos conseillers restent disponibles pour vous accompagner par téléphone ou email.

Demande d'information
Accueil > Le Mag > Construction > Aller plus loin dans la performance thermique avec le RT 2012 -20 %
Accueil > Le Mag > Construction > Aller plus loin d...
Retour
CONSTRUCTION

Aller plus loin dans la performance thermique avec le RT 2012 -20 %

L’obtention du label « RT 2012 -20 % » constitue la meilleure manière d’anticiper les évolutions profondes qui attendent la réglementation thermique en France dès 2020.

L’obtention du label « RT 2012 -20 % » constitue la meilleure manière d’anticiper les évolutions profondes qui attendent la réglementation thermique en France dès 2020. Comment profiter, vous aussi, de ce haut niveau de performance énergétique pour votre future maison ?

RT 2012 -20 % : de quoi s’agit-il ?

Le label « RT 2012 -20 % » ou « Effinergie+ » est délivré par l’association Effinergie, et fixe un niveau de performance énergétique nettement supérieur aux exigences de la réglementation thermique 2012. Ses caractéristiques équivalent par ailleurs à celles du label THPE (Très Haute Performance Energétique), avec lequel il a été harmonisé. A la différence de la RT 2012, qui constitue un nouveau standard obligatoire pour tous les constructeurs, rappelons que les labels sont facultatifs et que vous êtes donc libre d’en rechercher l’obtention ou pas !

Les avantages d’une telle procédure sont cependant nombreux. Outre les économies souvent considérables à réaliser sur votre budget chauffage et électricité, un label Effinergie a un impact direct sur la valeur de votre bien immobilier et permet donc d’augmenter le prix à la revente : investir dans une maison à très haute performance énergétique n’est jamais un pari perdu !

Le label « RT 2012 -20 % » peut être accordé non seulement aux biens immobiliers résidentiels mais aussi à des constructions commerciales ou tertiaires.

Quelles sont les caractéristiques du label RT 2012 -20 % ?

Comme son nom l’indique, le RT 2012 -20 % s’attache à diminuer de 20 % l’empreinte environnementale de votre logement par rapport aux normes fixées par la RT 2012 elle-même. Cela se traduit concrètement par deux valeurs cibles :

La consommation d’énergie primaire du bâtiment, ou « Cep max », doit être inférieure d’au moins 20 % à celle définie par l’État pour la norme RT 2012. Soit au maximum 40 kWhEP/m2.an, par opposition au seuil de 50 kWhEP/m2.an pour la RT 2012. Il convient de rappeler toutefois que ce seuil n’est pas le même pour tous : un coefficient est ajouté et permet de prendre en compte les particularités climatiques de votre région. Un logement situé dans le Nord, par exemple, aura droit à un Cep max plus haut que s’il était situé dans le Midi ;
Le coefficient de besoin bioclimatique, ou « Bbio », doit lui aussi être inférieur de 20 % au moins par rapport au Bbio imposé par la réglementation thermique. Pour y parvenir, les constructeurs privilégient une architecture intelligente permettant de réduire la dépendance à l’énergie, comme par exemple des puits de lumière pour éclairer ou des toits végétaux qui régulent la température intérieure.

Le saviez-vous ?

Le label RT 2012 -20 % ou « THPE » a été créé en vue de préparer progressivement les constructeurs à la généralisation du Bâtiment à Énergie Positive, ou BEPOS, qui deviendra la norme avec l’entrée en vigueur de la réglementation thermique 2020.

Comment faire construire une maison labellisée RT 2012 -20 % ?

Tous les constructeurs de maisons individuelles ne sont pas en mesure de vous garantir la livraison d’un logement à très haute performance énergétique. Beaucoup privilégient en effet le rognage des coûts sur les matériaux ou les techniques de construction afin de diminuer la facture finale et rester compétitif.

Un constructeur comme Maisons Pierre propose au contraire plusieurs modèles de maisons individuelles éligibles au label RT 2012 -20 %. Une première prise de contact vous permettra de mieux évaluer les détails de votre projet, et notamment les économies d’énergie à attendre après votre emménagement.

Comment obtenir le label RT 2012 -20 % ?

L’obtention du label nécessite d’envoyer un dossier de demande d’attribution à un organisme certificateur comme CEQUAMI avant même le début du chantier. Ce dossier doit notamment comprendre le détail du projet de construction mais aussi, et surtout, une étude thermique complète sur plan.

La validation du label ne nécessite pas toujours une visite de contrôle à la fin du chantier : environ un quart des biens labellisés sont concernés. Le contrôleur teste plusieurs paramètres pour mesurer la performance énergétique du bâtiment, dont notamment l’étanchéité à l’air.

Véritable bond en avant et vers l’optimisation de la consommation d’énergie résidentielle, le label RT 2012 -20 % est un idéal à viser si vous souhaitez posséder dès maintenant un bien immobilier conforme aux futures normes thermiques.

Retour

Ces articles peuvent vous intéresser

Le conducteur de travaux, garant du bon suivi de la construction
Pourquoi faire appel à un conducteur de travaux pour le suivi de votre construction ?
Les compétences de Maisons Pierre dans un projet de construction
Comment Maisons Pierre conçoit chaque projet de construction ? Ecoute, choix, conseil
L’ensemble des phases du gros oeuvre
Le début du chantier est consacré aux travaux de gros œuvre : la mise hors d’air et hors d’eau de votre future maison passe par de nombreuses phases fondamentales
Voir plus d’ articles
5 conseils pour bien choisir son terrain
5 solutions pour dépolluer sa maison
Comment Maisons Pierre gère votre projet d...
La qualité de l’accompagnement pour ...
Le conducteur de travaux, garant du bon su...
Voir plus d’ articles
Quotes icon

Je ne pensais pas pouvoir faire construire ma maison

Découvrez le témoignage de Nadine qui n'imaginait pas avoir la possibilité de faire construire sa propre maison. Un rêve inaccessible ? Pas tant que ça...

Construction Exterieur Financement Innovation Interieur Se preparer

Vous aussi vous avez un projet de construction ?

Nos conseillers restent disponibles pour vous accompagner par téléphone ou email.

Demande d'information
Accueil > Le Mag > Construction > Qui peut devenir propriétaire en 2018 ?
Accueil > Le Mag > Construction > Qui peut devenir ...
Retour
CONSTRUCTION

Qui peut devenir propriétaire en 2018 ?

L’accès à la propriété, un rêve toujours plus éloigné ? Bien au contraire !

L’accès à la propriété, un rêve toujours plus éloigné ? Bien au contraire : la diminution des taux d’intérêt, le regain de souplesse des banques et la pérennisation de certains prêts aidés ont nettement élargi le profil type du primo-accédant en 2017. On vous explique !

Primo-accédants : un profil qui s’élargit

La période comprise entre 2014 et 2016 s’est traduite par une baisse importante et même historique des taux d’intérêt exigés par les banques pour accorder un crédit immobilier. Ce phénomène a contribué à ouvrir l’accession à la propriété à un grand nombre de jeunes ménages qui n’auraient pu y prétendre avec des taux plus élevés. Une étude Empruntis estime ainsi que le revenu mensuel moyen d’un foyer primo-accédant dans le neuf ou dans l’ancien atteignait 4 218 € en 2016, soit une diminution constatée de 4% par rapport au revenu moyen du même foyer deux ans auparavant.

Cela n’a pas empêché l’augmentation du montant moyen des prêts immobiliers. Selon la même étude, les primo-accédants se sont endettés en moyenne à hauteur de 169 476 €, soit une augmentation de 3% depuis 2013. La diminution des taux, autrement dit, a eu pour conséquence une augmentation considérable du pouvoir d’achat immobilier des ménages français !

Un apport en diminution notable

Outre des conditions d’emprunt plus favorables, les banques tendent également à se montrer plus indulgentes avec les primo-accédants sans aucun apport depuis deux ou trois ans : une tendance due notamment à la disponibilité plus grande du crédit, et qui fait suite à une période pendant laquelle l’absence d’apport était quasiment synonyme d’échec du projet.

Le montant moyen de l’apport constaté pour une acquisition dans le neuf ou dans l’ancien a atteint 53 828 € en 2016 : une somme qui peut paraître importante, mais qui a pourtant diminué de 15% par rapport à 2014. Cela traduit non seulement une proportion plus importante de ménages achetant leur maison ou leur appartement avec un apport faible ou inexistant, mais aussi la montée en puissance de certains dispositifs d’aide à l’accession comme le prêt à taux zéro, qui a pour effet de diminuer le montant de l’apport nécessaire.

Quelques chiffres-clés

Le financement d’un bien immobilier se répartit, en 2016 et en moyenne, de la manière suivante :

74% du montant de l’opération fait l’objet d’un prêt immobilier classique.
18% fait l’objet d’un apport personnel.
8% sont apportés par un prêt aidé tel qu’un PTZ.
Source : Etude Empruntis 2016-2017

Prêts aidés et subventions : un rôle toujours crucial pour les plus modestes

La réforme du prêt à taux zéro intervenue en 2016 a augmenté de façon importante le montant maximal pouvant être accordé à un emprunteur éligible (jusqu’à 40% du montant de l’opération). Elle s’est également traduite par une revalorisation des plafonds de ressources, ce qui a permis à un plus grand nombre de ménages de devenir éligible à ce prêt sans intérêt particulièrement avantageux.

Conséquence : le PTZ joue, plus que jamais, un rôle prépondérant pour l’accession à la propriété, notamment dans l’immobilier neuf. Chez les acquéreurs âgés de moins de trente ans, soit typiquement les moins aisés, le PTZ a été intégré dans près du tiers des dossiers (29,61%) en 2016. À titre de comparaison, cette proportion n’atteignait encore que 15,11% en 2014.

À quel âge devient-on propriétaire ? Le détail par génération

Les acquéreurs âgés entre 30 et 39 ans représentent, à eux seuls, presque la majorité absolue des foyers effectuant leur premier achat immobilier : 42% des primo-accédants étaient ainsi trentenaires en 2016. Les nouveaux propriétaires âgés de moins de 30 ans ne sont cependant pas une rareté, puisqu’ils constituent plus du quart des dossiers (26%). Les quadragénaires (22%) et surtout les quinquagénaires (8%) sont quant à eux, et en toute logique, moins nombreux à acheter pour la première fois.

Les ménages en capacité d’accéder à la propriété sont beaucoup plus nombreux et diversifiés qu’il y a encore deux ou trois ans. Le contexte, en ce moment reste très favorable au lancement de votre projet ! Contactez Maisons Pierre pour une étude de dossier personnalisée.

Retour

Ces articles peuvent vous intéresser

Le conducteur de travaux, garant du bon suivi de la construction
Pourquoi faire appel à un conducteur de travaux pour le suivi de votre construction ?
Les compétences de Maisons Pierre dans un projet de construction
Comment Maisons Pierre conçoit chaque projet de construction ? Ecoute, choix, conseil
L’ensemble des phases du gros oeuvre
Le début du chantier est consacré aux travaux de gros œuvre : la mise hors d’air et hors d’eau de votre future maison passe par de nombreuses phases fondamentales
Voir plus d’ articles
5 conseils pour bien choisir son terrain
5 solutions pour dépolluer sa maison
Comment Maisons Pierre gère votre projet d...
La qualité de l’accompagnement pour ...
Le conducteur de travaux, garant du bon su...
Voir plus d’ articles
Quotes icon

Je ne pensais pas pouvoir faire construire ma maison

Découvrez le témoignage de Nadine qui n'imaginait pas avoir la possibilité de faire construire sa propre maison. Un rêve inaccessible ? Pas tant que ça...

Construction Exterieur Financement Innovation Interieur Se preparer

Vous aussi vous avez un projet de construction ?

Nos conseillers restent disponibles pour vous accompagner par téléphone ou email.

Demande d'information
Accueil > Le Mag > Innovation > Quel système de chauffage pour une conformité RT 2012 ?
Accueil > Le Mag > Innovation > Quel système de c...
Retour
INNOVATION

Quel système de chauffage pour une conformité RT 2012 ?

La réglementation thermique 2012 fixe un plafond de consommation d’énergie primaire par mètre carré.

La réglementation thermique 2012 fixe un plafond de consommation d’énergie primaire par mètre carré. Les systèmes de chauffage les moins performants sont donc à exclure ! Les nouvelles normes n’empêchent cependant pas le chauffage tout électrique, notamment si vous optez pour une maison à effet joule.

RT 2012 : une exigence renforcée de performance énergétique

La réglementation thermique 2012, qui s’applique à l’ensemble des bâtiments neufs construits dont le permis a été délivré depuis le 1er janvier 2013, a pour ambition de limiter la consommation énergétique de votre futur logement. La consommation d’énergie primaire, ou « CEP », devra notamment se limiter à un plafond de 50 kWh/m²/an, sachant toutefois que ce chiffre peut varier à la hausse si vous habitez une région particulièrement froide.

Concrètement, ce plafond assez exigeant vous imposera le plus souvent de cumuler une source de chauffage principale avec un chauffage d’appoint fourni par une énergie renouvelable. Plusieurs solutions sont envisageables.

La chaudière gaz condensation : un choix classique

La chaudière gaz à condensation est devenue un choix presque obligé si vous comptez sur le gaz naturel pour chauffer votre nouveau logement pendant l’hiver. Cette nouvelle génération de chaudières a pour particularité de récupérer la vapeur d’eau contenue dans les fumées générées par l’appareil. La chaleur est utilisée pour réchauffer l’eau du circuit, et ainsi améliorer la performance énergétique du système.

Pour réduire encore la consommation de votre logement, la chaudière gaz à condensation peut être utilement couplée avec différents dispositifs « propres », dont notamment une pompe à chaleur géothermique, un chauffe-eau solaire ou encore un chauffe-eau thermodynamique.

La chaudière ou le poêle à granulés bois

Les granulés de bois, ou « pellets », constituent à ce jour la source d’énergie la moins onéreuse du marché. Ils présentent aussi un caractère écologique puisqu’ils sont le plus souvent issus de forêts durables et bien administrées. Ces petites boules de bois condensé à haute performance énergétique sont conçues pour maximiser le dégagement de chaleur. Elles peuvent être insérées – de façon manuelle ou automatique selon les modèles – dans une chaudière à bois, pour chauffer l’eau d’un circuit de radiateurs dans toute la maison, ou dans un poêle à bois pour fournir une chaleur d’appoint dans la principale pièce à vivre.

Zoom sur la maison connectée

La conformité RT 2012, c’est aussi la possibilité de réaliser des économies en modulant votre niveau de chauffage où que vous soyez ! De nouveaux systèmes comme le gestionnaire d’énergie CALIBOX, intégré aux nouvelles maisons à effet joule Maisons Pierre, permettent non seulement de consulter l’historique de votre consommation mais aussi de réguler le chauffage à distance, pièce par pièce.

Maison à effet joule : une nouvelle ère pour le chauffage électrique

Contrairement à une idée reçue, les chaudières à gaz ou à bois et les pompes à chaleur ne sont pas les seuls équipements de chauffage pouvant être conformes à la réglementation thermique 2012. Les technologies liées au chauffage électrique, entretemps, ont effectuées elles aussi des bonds de géant et permettent aujourd’hui à un constructeur de maisons individuelles comme Maisons Pierre de vous proposer des maisons tout confort et entièrement chauffées à l’électricité.

Ces “maisons à effet joule” se distinguent non seulement par la qualité de l’isolation des murs et de la toiture (polyuréthane, laine minérale…) mais aussi par le niveau de sophistication de leurs appareils de chauffage. Des radiateurs à inertie ou à chaleur douce ainsi que des panneaux rayonnants sont répartis dans l’ensemble de l’habitation : grâce à un pilotage intelligent, vous chauffez uniquement où et quand vous en avez besoin, et réalisez ainsi des économies pouvant atteindre 35 % par rapport à un chauffage classique à l’électricité.

Dans une maison à effet joule, l’énergie électrique sert également à alimenter une pompe à chaleur, qui récupère la chaleur de l’air environnant pour la transmettre à un chauffe-eau thermodynamique qui vous fournit en eau chaude sanitaire.

Bien que très exigeante quant aux résultats à atteindre, la réglementation thermique 2012 n’impose aucun système de chauffage en particulier. Les futurs propriétaires sont donc libres d’examiner les avantages comparés de différents systèmes comme la chaudière gaz à condensation ou la maison à effet joule.

Retour

Ces articles peuvent vous intéresser

Créer et personnaliser sa maison neuve grâce à des accessoires innovants
Créer et personnaliser sa maison neuve avec des accessoires innovants : étape clé du projet de construction
Faire des économies d’énergie grâce à la maison connectée
Faites des économies d’énergie avec la maison connectée Maisons Pierre
Produire son électricité grâce aux panneaux solaires
Produisez et stockez votre propre électricité grâce aux panneaux solaires
Voir plus d’ articles
5 conseils pour bien choisir son terrain
5 solutions pour dépolluer sa maison
Comment Maisons Pierre gère votre projet d...
La qualité de l’accompagnement pour ...
Le conducteur de travaux, garant du bon su...
Voir plus d’ articles
Quotes icon

Je ne pensais pas pouvoir faire construire ma maison

Découvrez le témoignage de Nadine qui n'imaginait pas avoir la possibilité de faire construire sa propre maison. Un rêve inaccessible ? Pas tant que ça...

Construction Exterieur Financement Innovation Interieur Se preparer

Vous aussi vous avez un projet de construction ?

Nos conseillers restent disponibles pour vous accompagner par téléphone ou email.

Demande d'information
Accueil > Le Mag > Innovation > Le groupe RBR 2020, au cœur des réflexions sur l’habitat de demain
Accueil > Le Mag > Innovation > Le groupe RBR 202...
Retour
INNOVATION

Le groupe RBR 2020, au cœur des réflexions sur l’habitat de demain

À quoi ressemblera la maison de demain ?

À quoi ressemblera la maison de demain ? Quel sera le niveau d’exigence en matière de performance thermique, de qualité de l’air, d’isolation acoustique ? Autant de thèmes qui mobilisent le groupe de travail RBR 2020 depuis déjà de nombreuses années.

RBR 2020 : un groupe de travail composé de personnalités qualifiées

Depuis les accords dits du « Grenelle de l’Environnement » intervenus en 2009, tous les professionnels du secteur du bâtiment savent déjà que les normes de construction sont amenées à connaître une révolution profonde à l’horizon 2020. La « Réglementation Bâtiment Responsable 2020 », ou RBR 2020, prévoit notamment que tous les logements neufs devront, au tournant de la décennie, présenter un bilan énergétique passif ou même positif : cela signifie que la quantité d’énergie consommée par les occupants du logement (chauffage, eau chaude, électricité…) devra être couverte intégralement par une production d’énergie propre, issue de sources renouvelables (éolien, photovoltaïque, géothermie…).

Afin de relever ce défi ambitieux, un groupe de travail entièrement dédié à la réflexion sur l’avenir du secteur de bâtiment a vu le jour en 2011 à l’initiative de Philippe Pelletier, le responsable du Plan Bâtiment Durable. Il a associé dès l’origine plusieurs personnalités qualifiées telles que le Directeur de l’organisme Qualibat, Alain Maugard, ou encore le Directeur Général de Poste-Immo Christian Cléret.

Au total, près d’une trentaine d’experts et représentants du secteur composent ce groupe de travail et planchent, jusqu’à aujourd’hui, sur l’avenir du bâtiment à l’horizon 2020-2050. Après trois premiers rapports rédigés entre 2012 et 2014, l’année 2015 a connu une évolution des méthodes de travail du groupe RBR 2020 : ce dernier se scinde désormais en six sous-groupes, chacun se dédiant à l’un des aspects des logements de notre avenir.

Quel cadre légal ?

Le groupe de travail RBR 2020 fonde la légitimité de ses travaux sur l’article 4-b de la loi dite « Grenelle 1 » du 3 août 2009. Ce texte est le premier à fixer l’obligation d’un bilan énergétique passif ou positif pour les bâtiments construits « à compter de la fin 2020 ». La loi du 17 Août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte, quant à elle, pose dans son article 8 le principe d’une « exemplarité énergétique et environnementale » pour les nouveaux bâtiments publics.

Trois grandes orientations pour concevoir la maison de demain

Le groupe de travail RBR 2020, tout au long de ses échanges, a veillé à adopter un point de vue plus large que les seuils et plafonds chiffrés de la réglementation thermique 2012 (RT 2012). Ses trois grandes orientations peuvent être résumées de la façon suivante :

Dépasser la seule question de la performance énergétique et de la protection de l’environnement pour une approche accordant aussi une place prépondérante à la qualité de vie : inscription harmonieuse du bâtiment dans son environnement, aménagement intelligent des surfaces, sensation de confort…
Abandonner une conception trop coercitive des nouvelles normes thermiques au profit d’une stratégie plus intelligente et conciliante. L’idée consiste à rendre le standard RBR 2020 aussi attractif que possible auprès des futurs acquéreurs de maisons neuves ;
Impliquer l’ensemble des acteurs de la chaîne au sein du secteur du bâtiment. Cela inclut bien évidemment le maître d’ouvrage et le maître d’œuvre, mais aussi par exemple les bailleurs sociaux, les artisans et les pouvoirs publics eux-mêmes.

Une conception globale du bâtiment bas carbone

Au-delà du bilan énergétique passif ou positif des futurs logements, une attention particulière est portée par le groupe RBR 2020 à leur bilan carbone, c’est-à-dire à la quantité de CO2 dégagée pour les besoins de leur construction.

Les axes de réflexion en la matière s’orientent tout d’abord vers une optimisation de la surface habitable : un seul mètre carré en moins permet d’éviter la libération d’une tonne de CO2 dans l’atmosphère sur l’ensemble de la vie du bâtiment ! La même réflexion conduit aussi par exemple à privilégier dans certains cas une rénovation sur une destruction suivie d’une reconstruction, avec une économie potentielle de 300 kg de CO2 par m² rénové.

Bien loin des anciennes techniques et habitudes du secteur du bâtiment, le groupe de travail RBR 2020 ambitionne de revoir entièrement la conception actuelle du logement type, pour mieux l’inscrire dans son environnement.

Retour

Ces articles peuvent vous intéresser

Créer et personnaliser sa maison neuve grâce à des accessoires innovants
Créer et personnaliser sa maison neuve avec des accessoires innovants : étape clé du projet de construction
Faire des économies d’énergie grâce à la maison connectée
Faites des économies d’énergie avec la maison connectée Maisons Pierre
Produire son électricité grâce aux panneaux solaires
Produisez et stockez votre propre électricité grâce aux panneaux solaires
Voir plus d’ articles
5 conseils pour bien choisir son terrain
5 solutions pour dépolluer sa maison
Comment Maisons Pierre gère votre projet d...
La qualité de l’accompagnement pour ...
Le conducteur de travaux, garant du bon su...
Voir plus d’ articles
Quotes icon

Je ne pensais pas pouvoir faire construire ma maison

Découvrez le témoignage de Nadine qui n'imaginait pas avoir la possibilité de faire construire sa propre maison. Un rêve inaccessible ? Pas tant que ça...

Construction Exterieur Financement Innovation Interieur Se preparer

Vous aussi vous avez un projet de construction ?

Nos conseillers restent disponibles pour vous accompagner par téléphone ou email.

Demande d'information