L'ensemble des phases du gros œuvre

Le début du chantier est consacré aux travaux de gros œuvre : la mise hors d’air et hors d’eau de votre future maison passe par de nombreuses phases fondamentales incluant la pose des fondations, l’élévation des murs et l’installation de la charpente.

L'ensemble des phases du gros œuvre

Terrassement et fondations

Les fondations, comme leur nom l’indique, constituent l’assise indispensable pour assurer la viabilité de votre habitation. De trop nombreuses malfaçons sont encore dues à des fondations insuffisantes ou mal réalisées : un cas de figure qui peut entraîner à terme l’apparition de fissures importantes. De bonnes fondations doivent, selon la configuration du terrain, avoir une épaisseur suffisante pour être maintenues hors gel (entre 0,20 et 0,90 mètre).

Que vos fondations soient superficielles, semi-profondes ou profondes, des travaux préalables de terrassement seront indispensables pour aplanir le terrain, améliorer sa portance et le rendre propre à accueillir la construction de vos rêves ! Autant de points qui font, normalement, l’objet d’une étude préalable de la part de votre constructeur de maisons individuelles (CCMI).

 

Le système d’assainissement

La pose du système d’assainissement et des conduits d’évacuation des eaux usées est primordiale et doit être abordée dès la première phase du chantier. Rappelons que la solution retenue est obligatoirement un raccordement au tout-à-l’égout lorsque votre maison est située dans une commune qui en est dotée. Dans le cas inverse, il convient de vous tourner vers un système d’assainissement individuel ou « non collectif » (ANC) qui pourra prendre trois formes : une fosse toutes eaux classique, une fosse de phytoépuration ou une micro-station d’épuration.

Quel que soit votre choix, l’installation sera soumise au contrôle périodique du service d’assainissement de votre commune, qui conserve un droit de regard et peut vous imposer des travaux de mise aux normes : mieux vaut donc s’assurer de la conformité du dispositif dès le chantier initial !

 

Le soubassement

Le « soubassement » désigne le niveau du sol au rez-de-chaussée. Là aussi, votre constructeur pourra vous proposer plusieurs solutions en fonction de la configuration du terrain et de celle de votre maison. En optant pour un soubassement « hérisson », vous choisissez de faire reposer le sol de votre habitation directement sur les fondations, sans couche intermédiaire : un choix qui a le mérite de la simplicité, entraîne un coût moins élevé et conviendra sans difficulté sur terrain plat.

Les deux autres solutions consistent respectivement à laisser un vide sanitaire entre les fondations et le sol de la maison, et à creuser un sous-sol habitable en bonne et due forme. Une cave représente un atout intéressant et de plus en plus rare dans les maisons modernes : elle impose cependant un drainage préalable du sol pour éviter tout risque d’infiltration ou d’inondation !

Focus sur l’étude de sol

Préalable fortement recommandé, ou même obligatoire si votre future maison est située dans une zone sensible (risque de séismes, mouvements de terrain…), l’étude de sol est réalisée par un technicien dûment habilité et mandaté par le maître d’œuvre. Pour la construction d’une maison individuelle neuve, une étude de sol de type « G11 » permet d’identifier efficacement les caractéristiques du terrain en amont d’un chantier.

 

Les murs

L’élévation des murs extérieurs et porteurs de l’habitation constitue la suite logique des travaux une fois que les fondations et le soubassement ont été menés à leur terme. Rappelons que le parpaing en béton et la brique restent les deux matériaux de prédilection retenus par une majorité de propriétaires et de constructeurs, et sont tout à fait compatibles avec les dernières exigences de la réglementation thermique 2 012 (RT 2 012).

Pour autant, il est également possible de faire preuve d’originalité et de sélectionner un matériau moins usité comme le bois, le béton cellulaire de nouvelle génération, voire la pierre de taille ou la paille.

 

Charpente et toiture

La pose de la charpente et son assemblage directement sur le site du chantier, apportent la touche finale à l’ossature de votre future maison. Si l’aménagement des combles n’est pas dans vos projets, vous pourrez réaliser des économies en optant pour une charpente industrielle préfabriquée. Dans le cas contraire, privilégiez des techniques classiques et du bois noble comme le chêne ou l’épicéa.

L’installation de la toiture clôt le gros œuvre. Le type de toiture choisi, qu’il s’agisse de son matériau (tuile, zinc, ardoise…) ou de son orientation (pente, arrondi, toit terrasse…) a évidemment été déterminé par vos soins bien avant le chantier, et son adéquation avec les règles locales d’urbanisme a fait l’objet d’une vérification par le constructeur lors de la demande de permis de construire. À ce stade, il vous suffira donc de réaliser régulièrement quelques visites de chantier pour vous assurer que les travaux se déroulent comme prévu !

Le gros œuvre est la phase du chantier où votre future maison prend littéralement forme sous vos yeux. Reste maintenant à s’attaquer à l’aménagement intérieur et aux finitions !

Téléchargez votre brochure

Veuillez remplir le formulaire ci-dessous

* Tous les champs sont obligatoires

J’accepte de recevoir des informations commerciales

Ces informations ne seront utilisées que par Maisons Pierre. Pour plus d'informations, merci de regarder Notre Respect de la Vie Privée

Vous pouvez également vous opposer au démarchage téléphonique en vous inscrivant sur la liste d'opposition accessible sur le site bloctel.gouv.fr.

Haut
de page
Haut de page