Le groupe RBR 2020, au cœur des réflexions sur l'habitat de demain

À quoi ressemblera la maison de demain ? Quel sera le niveau d’exigence en matière de performance thermique, de qualité de l’air, d’isolation acoustique ? Autant de thèmes qui mobilisent le groupe de travail RBR 2020 depuis déjà de nombreuses années.

Le groupe RBR 2020, au cœur des réflexions sur l'habitat de demain

RBR 2020 : un groupe de travail composé de personnalités qualifiées

Depuis les accords dits du « Grenelle de l’Environnement » intervenus en 2009, tous les professionnels du secteur du bâtiment savent déjà que les normes de construction sont amenées à connaître une révolution profonde à l’horizon 2020. La « Réglementation Bâtiment Responsable 2020 », ou RBR 2020, prévoit notamment que tous les logements neufs devront, au tournant de la décennie, présenter un bilan énergétique passif ou même positif : cela signifie que la quantité d’énergie consommée par les occupants du logement (chauffage, eau chaude, électricité…) devra être couverte intégralement par une production d’énergie propre, issue de sources renouvelables (éolien, photovoltaïque, géothermie…).

Afin de relever ce défi ambitieux, un groupe de travail entièrement dédié à la réflexion sur l’avenir du secteur de bâtiment a vu le jour en 2011 à l’initiative de Philippe Pelletier, le responsable du Plan Bâtiment Durable. Il a associé dès l’origine plusieurs personnalités qualifiées telles que le Directeur de l’organisme Qualibat, Alain Maugard, ou encore le Directeur Général de Poste-Immo Christian Cléret.

Au total, près d’une trentaine d’experts et représentants du secteur composent ce groupe de travail et planchent, jusqu’à aujourd’hui, sur l’avenir du bâtiment à l’horizon 2020-2050. Après trois premiers rapports rédigés entre 2012 et 2014, l’année 2015 a connu une évolution des méthodes de travail du groupe RBR 2020 : ce dernier se scinde désormais en six sous-groupes, chacun se dédiant à l’un des aspects des logements de notre avenir.

Quel cadre légal ?

Le groupe de travail RBR 2020 fonde la légitimité de ses travaux sur l’article 4-b de la loi dite « Grenelle 1 » du 3 août 2009. Ce texte est le premier à fixer l’obligation d’un bilan énergétique passif ou positif pour les bâtiments construits « à compter de la fin 2020 ». La loi du 17 Août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte, quant à elle, pose dans son article 8 le principe d’une « exemplarité énergétique et environnementale » pour les nouveaux bâtiments publics.

 

Trois grandes orientations pour concevoir la maison de demain

Le groupe de travail RBR 2020, tout au long de ses échanges, a veillé à adopter un point de vue plus large que les seuils et plafonds chiffrés de la réglementation thermique 2012 (RT 2012). Ses trois grandes orientations peuvent être résumées de la façon suivante :

  • Dépasser la seule question de la performance énergétique et de la protection de l’environnement pour une approche accordant aussi une place prépondérante à la qualité de vie : inscription harmonieuse du bâtiment dans son environnement, aménagement intelligent des surfaces, sensation de confort...
  • Abandonner une conception trop coercitive des nouvelles normes thermiques au profit d’une stratégie plus intelligente et conciliante. L’idée consiste à rendre le standard RBR 2020 aussi attractif que possible auprès des futurs acquéreurs de maisons neuves ;
  • Impliquer l’ensemble des acteurs de la chaîne au sein du secteur du bâtiment. Cela inclut bien évidemment le maître d’ouvrage et le maître d’œuvre, mais aussi par exemple les bailleurs sociaux, les artisans et les pouvoirs publics eux-mêmes.

 

Une conception globale du bâtiment bas carbone

Au-delà du bilan énergétique passif ou positif des futurs logements, une attention particulière est portée par le groupe RBR 2020 à leur bilan carbone, c’est-à-dire à la quantité de CO2 dégagée pour les besoins de leur construction.

Les axes de réflexion en la matière s’orientent tout d’abord vers une optimisation de la surface habitable : un seul mètre carré en moins permet d’éviter la libération d’une tonne de CO2 dans l’atmosphère sur l’ensemble de la vie du bâtiment ! La même réflexion conduit aussi par exemple à privilégier dans certains cas une rénovation sur une destruction suivie d’une reconstruction, avec une économie potentielle de 300 kg de CO2 par m² rénové.

Bien loin des anciennes techniques et habitudes du secteur du bâtiment, le groupe de travail RBR 2020 ambitionne de revoir entièrement la conception actuelle du logement type, pour mieux l’inscrire dans son environnement.

Découvrez nos avis clients

Téléchargez votre brochure

Veuillez remplir le formulaire ci-dessous

* Tous les champs sont obligatoires

J’accepte de recevoir des informations commerciales

Ces informations ne seront utilisées que par Maisons Pierre. Pour plus d'informations, merci de regarder Notre Respect de la Vie Privée

Vous pouvez également vous opposer au démarchage téléphonique en vous inscrivant sur la liste d'opposition accessible sur le site bloctel.gouv.fr.

1 + 0 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.
Campaign
Civilité
* Tous les champs sont obligatoires
Offres
11 + 0 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.
Haut
de page
Haut de page