Les premières phases du second œuvre

Une fois le gros œuvre achevé, la silhouette de votre maison est dessinée mais cette dernière n’est pas encore habitable. L’isolation thermique et phonique, via notamment la pose des vitrages et des menuiseries extérieures, marque le début du « second œuvre ».

Les premières phases du second œuvre

L’isolation thermique des combles

Depuis l’entrée en vigueur de la réglementation thermique 2012, applicable à toutes les nouvelles constructions résidentielles, la consommation d’énergie primaire ne doit plus dépasser un maximum de 50 kWh par mètre carré et par an : une norme exigeante qui vous fait cependant bénéficier d’une diminution très intéressante de votre facture de chauffage.

Les combles constituent la partie de la maison à isoler en priorité, dans la mesure où cette zone représente typiquement jusqu’à 30 % des pertes en chaleur. Pour ce faire, le constructeur dispose d’un large choix de matières isolantes minérales (dont notamment la laine de verre ou la laine de roche), synthétiques (le polyuréthane en mousse ou le polystyrène expansé) et même entièrement naturelles, comme la laine de mouton ou la fibre de bois. Le choix de l’isolant doit retenir toute votre attention dans le cahier des charges qui vous est communiqué par le constructeur.

 

L’isolation thermique des murs extérieurs

Pour améliorer la performance thermique et la régulation de la température intérieure de votre maison, il est possible de dissimuler sous le revêtement extérieur de la façade une sous-couche de matière isolante, exactement sur le même principe que les combles. À défaut, vous pouvez aussi opter directement pour un matériau de construction réputé pour ses puissantes qualités isolantes, comme la brique monomur, le béton cellulaire et bien sûr l’ossature bois.

Dans tous les cas, l’isolation intérieure de la maison peut être également améliorée de façon très significative grâce à différents équipements de pointe comme une pompe à chaleur ou encore une ventilation mécanique contrôlée (VMC) à double flux, qui permet notamment de réchauffer l’air extérieur avant son entrée dans le logement.

 

La pose des menuiseries extérieures et des vitrages

Les ouvertures, comme la porte d’entrée, les fenêtres ou les portes-fenêtres, constituent trop souvent le talon d’Achille des maisons en matière d’isolation, et sont la source de nombreux « ponts thermiques » qui laissent s’échapper la chaleur. C’est la raison pour laquelle le choix des menuiseries extérieures est prépondérant pour vous assurer par la suite une bonne qualité de vie.

En dépit de leur nom, les menuiseries extérieures n’existent bien évidemment pas qu’en bois, et les cadres de portes et de fenêtres ou les volets sont aussi proposés dans des matières comme l’aluminium et le PVC. Chacune présente ses propres spécificités en matière de performance thermique, d’encombrement et de luminosité : l’essentiel consiste à être bien conseillé en amont du chantier et à opter pour les modèles qui vous séduisent le plus par leurs propriétés et leur esthétique.

Sachez que le double vitrage est désormais la norme incontournable : un simple vitrage n’est pas conforme à la RT 2 012 et peut engendrer jusqu’à 80 % d’augmentation des pertes de chaleur ! Pour optimiser votre bien-être et l’isolation de la maison, vous pourrez par exemple faire le choix d’un double vitrage renforcé par une lame argon. Si vous visez la haute performance énergétique ou le dernier label BBC, l’investissement dans du triple vitrage peut même tout à fait se concevoir.

Focus sur les nuisances sonores, un « risque » trop souvent sous-estimé

Les nuisances sonores récurrentes, dues à un voisinage trop proche ou à une route passante, sont très souvent sous-estimées par l’acheteur dans le cadre d’une vente sur plan. Pour se faire une meilleure idée de l’environnement, et adapter ainsi les plans de construction en vue de renforcer l’isolation phonique du bâti, il est recommandé de vous déplacer plusieurs fois sur le terrain retenu, y compris à des horaires insolites (heure de pointe le matin et le soir).

 

L’isolation phonique

La pollution sonore est, de loin, la nuisance la plus répandue en France. À l’occasion de la construction de votre maison individuelle, il est indispensable d’accorder toute votre attention à l’isolation phonique des bruits venant de l’extérieur. Le bruit étant transmis par l’air, une bonne isolation thermique implique le plus souvent que les occupants des lieux soient également bien protégés des sources de bruit. Pour mieux s’en assurer, il est possible d’opter pour une matière isolante « thermo-acoustique », qui cumule une protection contre le froid et une autre contre le bruit.

Une maison bien isolée de l’extérieur constitue la clé d’une qualité de vie sans équivalent ! Une fois cette délicate étape franchie, le chantier pourra aborder les câblages intérieurs et les finitions.

 

La dernière phase du second œuvre

Le câblage électrique, la plomberie, le chauffage ou l’élévation des cloisons arrivent dans un second temps et représentent en principe la dernière partie du second œuvre. Quels sont les points à vérifier à ce stade des travaux ?

 

L’installation du système électrique

Dans le cadre de la construction d’une maison individuelle neuve, le raccordement au réseau d’électricité est du ressort exclusif du gestionnaire du réseau de distribution, c’est-à-dire ERDF dans 95 % des cas ou une entreprise locale de distribution (ELD) sur le reste du territoire. Il vous appartient, à vous ou à votre constructeur, d’effectuer les démarches de demande de raccordement au moins quelques mois avant la fin du chantier.

Attention, ERDF s’arrêtera en limite de propriété : le creusement de la tranchée et le passage d’un fourreau entre l’arrivée de courant et votre installation électrique intérieure relèvent du maître d’œuvre, ou d’un sous-traitant électricien dûment habilité et travaillant dans le respect des normes NF C15-100. À l’intérieur, vérifiez une dernière fois les emplacements prévus pour les interrupteurs ou les prises afin d’écarter tout risque d’erreur.

L’attestation de conformité CONSUEL

Avant de pouvoir activer votre compteur, ERDF aura besoin d’une attestation de conformité de votre installation électrique intérieure. Dans le cas d’une maison neuve, il convient de vous procurer – contre paiement d’une somme de 116 € environ – et de remplir puis renvoyer le formulaire « CONSUEL jaune » (Cerfa n°12506*01). Une visite de contrôle n’est ensuite pas à exclure, mais reste assez rare dans les faits lorsque l’installation a été réalisée par une entreprise solidement établie.

 

Les travaux de plomberie

L’installation de la tuyauterie et des canalisations peut être réalisée avant ou après la pose des cloisons intérieures, directement par l’entreprise de construction ou par un sous-traitant recruté pour ses qualités et ses compétences. Dans les deux cas, le professionnel s’assurera que les longueurs de tuyau et que l’architecture générale du réseau d’évacuation sont conformes au cahier des charges. Notez que l’acier et le cuivre peuvent être utilisés indifféremment pour la plomberie du logement, notamment en raison de la facilité avec laquelle ils peuvent être soudés et leurs bonnes capacités de résistance et d’étanchéité. Le PVC peut également être un choix judicieux du fait de sa malléabilité.

Le choix de la robinetterie relève en principe du client final. N’hésitez donc pas, dans les étapes préparatoires au chantier, à bien faire connaître vos préférences en la matière (mitigeur, mélangeur, douchette…), et ce pour chaque pièce ! La mise à disposition d’eau chaude pour tous les robinets pourra impliquer la pose d’un ballon supplémentaire, par exemple dans la cuisine ou la salle de bains.

 

Chauffage et climatisation

En matière de chauffage, les bonnes vieilles sources d’énergie comme le fioul, le gaz et l’électricité restent plus que jamais d’actualité grâce aux évolutions technologiques qui tendent à augmenter leurs performances et favorisent une consommation plus modérée. Une chaudière gaz à condensation, un réseau de radiateurs électriques à inertie ou une chaudière fioul basse température apportent un niveau de confort idéal. Une chaudière à granulés de bois et à alimentation automatique peut aussi représenter aujourd’hui une alternative intéressante en tant que source principale de chauffage. Les maisons conformes RT 2012, enfin, intègrent bien souvent un chauffage d’appoint largement suffisant en mi-saison, comme une pompe à chaleur aérothermique ou hydrothermique ou un chauffage par panneau solaire.

Une pompe à chaleur, lorsqu’elle est réversible, présente également l’avantage de pouvoir rafraîchir l’air ambiant en été en y puisant des calories et en les rejetant hors de l’habitation. Pour obtenir davantage qu’un simple rafraîchissement de quelques degrés, toutefois, vous pourrez inclure dans le plan du logement un système de climatisation en bonne et due forme.

 

Domotique et équipements divers

N’attendez pas la remise des clés pour équiper votre nouvelle maison de certains équipements sensibles comme le portail électrique, les volets roulants, un système d’alarme, des détecteurs de fumée, un thermostat ou encore les différents éléments d’une cuisine moderne. Vous pourrez bien souvent réaliser des économies significatives en intégrant l’installation de ces éléments de confort dès la construction d’origine. 

Le second œuvre et les raccordements divers et variés sont maintenant terminés : l'occasion de vous atteler aux questions de décoration intérieure, et bien sûr d’y exprimer librement votre créativité !

Téléchargez votre brochure

Veuillez remplir le formulaire ci-dessous

* Tous les champs sont obligatoires

J’accepte de recevoir des informations commerciales

Ces informations ne seront utilisées que par Maisons Pierre. Pour plus d'informations, merci de regarder Notre Respect de la Vie Privée

Vous pouvez également vous opposer au démarchage téléphonique en vous inscrivant sur la liste d'opposition accessible sur le site bloctel.gouv.fr.

Haut
de page
Haut de page